Fais-moi mal Johnny!

«L’amour, c’est une salope!»

C’est une peine d’amour classique. Tu l’aimais, tu pensais que c’était «le bon» et t’avais laissé tomber peu à peu tes barrières. T’avais repris confiance en la vie, aux hommes, au bonheur. Tu te disais «enfin c’est MON tour», tu avais fini par y croire et puis là, PAF!

Tu te retrouves (encore) seule, désillusionnée, le coeur sur le respirateur artificiel à brailler ta vie de merde! Tu te dis «pourquoi moi?». Tu regardes tes années de célibat ou de mauvaise compagnie, tu analyses tout ce par quoi t’es passé et tu te dis «vraiment la vie? Tout ça pour en arriver là?».

Va chier la vie!

Et comme si ce n’était pas assez, la vie ben elle prend son arme préférée L’INJUSTICE et pendant que tu ramasses les derniers morceaux de ton estime ben tu apprends que monsieur ton EX flirt à nouveau avec l’amour. 

Parce que, naturellement, hormis le fait qu’il a sa carte privilège au club des salops, «monsieur» aura droit au bonheur d’être à nouveau en couple. En tout cas, bien plus vite que toi.  

Pourquoi la vie? Pourquoi les gens méchants ont le droit d’être heureux?

Va re-chier la vie.

Pis là ton entourage te dira des trucs du genre:

  • Ouin, mais tu ne le sais pas s’il est vraiment heureux?
  • Sa nouvelle blonde elle va peut-être le faire souffrir aussi!
  • C’est probablement une conne, ça ne doit pas être du sérieux.
  • En tout cas, c’est lui le cave de t’avoir laissé!

Tu vois la vie, ça c’est aussi réconfortant qu’un panneau STOP en bas d’une côte quand ta voiture n’a plus de frein… 

L’ACHARNEMENT NON THÉRAPEUTIQUE.

LBF Tweety en cageMais ce n’est pas terminé, parce que pendant que tu rumineras la tête sous les couvertures, ben la vie elle va continuer son plan de destruction massive: elle te fera penser à lui, à vous, à feu ton couple et ce, à chaques secondes de ta petite existence.

Parce que tu peux être certaine que, dans les jours qui suivront ta rupture, votre film fétiche passera à la télé, on te proposera de manger dans le resto de votre premier rendez-vous et seules les voitures de la même marque et de la même couleur que son crisse de char seront autorisées à passer sur ta rue! 

Au moment où tu penseras avoir repris le dessus, quand tu oseras mettre le nez dehors, tu croiseras probablement un de ses amis, son coloc, sa mère ou sinon tout ton répertoire de connaissances qui te demanderont à l’unisson:

«Pis es-tu toujours avec ton chum?»

Tu le verras hallucineras partout, il se transformera en chaque quidam qui croisera ta route. Puis, quand t’ouvriras la radio en espérant que la zizique te change un peu les idées, ben c’est inévitablement VOTRE chanson qui jouera. 

Tsé celle qui résonnait quand vous partiez dans un nowhere et qui te rappellera Ô combien il était beau quand il chantait «I’m sexy and I know it». Et là, tu vas te surprendre à changer les paroles pour «I’m an ass hole and I Know It»…

Avec de la chance, ça te fera sourire.

LBF j,aimeta grand-mèreJ’ai déjà moi-même eu le motton en écoutant J’aime ta grand-mère des trois accords! Heureusement, j’étais dans ma cuisine et seul mon-grille pain a assisté à cette quintessence de pathétisme! 

Et finalement, quand tu trouveras le sommeil ( parce que même les bras de Murphy ne veulent pas de toi! ) ben tu peux être garantie que la vie te fera rêver à qui? À ton Johnny. 

Le mien aimait Johnny Cash. Pis des fois pour me torturer l’âme parce que crime qu’on aime ça, nous, les filles hein «tourner le fer dans la plaie»? Ben, je prenais mon album Walk the line pis je disais «Allez fais-moi mal Johnny».

Je savais systématiquement que, dès les premières notes, j’allais pleurer ma vie, mais pour une raison que j’explique mal, je trouvais plus tolérable de provoquer moi-même mes larmes. Si l’amour est irrationnelle, la peine d’amour l’est exposant 1000…

LBF STOP panneau  

Naturellement, aujourd’hui, je suis capable d’écouter Les trois accords ou de croiser une Ford Escape rouge sans avoir une boule dans l’estomac. J’aimerais dire que seuls le temps et la résilience ont estompé mon chagrin et que je suis maintenant plus zen avec la vie, mais non. 

C’est parce que j’ai rencontré quelqu’un d’autre. 

Attention, pas un rebond là! Mais un quelqu’un qui est passé dans ma vie au BON moment et qui a, du coup, donné moins d’importance à ceux qui m’avaient autrefois blessée. Disons simplement que j’ai eu envie de les tasser dans un coin ( un GROS coin ) pour lui laisser plus de place à LUI.

Quelque fois c’est ce que ça prend pour faire ce genre de ménage: un autre.

J’aimerais vous dire que c’est arrivé au moment où je m’y attendais le moins, mais non. J’ai été sur un site de rencontre. Que voulez-vous, quand t’as faim : tu vas à l’épicerie! J’aimerais vous dire que c’est le bon, que je récolte ENFIN le fruit de mes attentes et que je croque dans l’amour à belles dents, mais non.

Cette période où j’emmerdais la vie, les hommes et parfois même le bonheur des autres, n’est pas si lointaine. Oh! que j’aimerais la savoir révolue, mais bien qu’elle ne menace pas présentement de faire un come back, je connais son existence.

La vie m’a habitué à quelque cheap shot par le passé alors disons que j’apprends à me réconcilier peu à peu avec elle. Si y’a une chose que j’ai apprise c’est que la marde, tu ne l’as sens pas toujours arriver, mais tu en oublies jamais l’odeur.  

Alors TOI, qui vis ta peine d’amour et qui m’a écrit pour me dire que tu ne comprenais rien de ce qui t’arrivait, que tu étais pourtant une bonne fille et que tu ne méritais rien de cette douleur, il est difficile pour moi, maintenant que je suis de l’autre côté de la clôture ( là, où le gazon semble plus vert ) de trouver les bons mots. 

Alors, je ne vais pas te faire chier en citant en exemple «mon récent bonheur» en guise d’encouragement. Je suis consciente que l’amour est juste moins salope avec moi en ce moment et j’en profite ( oh que oui! ). Comme si la vie m’offrait un sursis du célibat. 

Je t’épargnerai donc les:  «Si ça m’arrive à moi, ça va t’arriver à toi aussi! Il faut faire confiance! Tu vas voir le meilleur s’en vient, il y a quelqu’un pour toi».

Parce que je me souviens très bien que j’avais des envies de meurtre quand on me balançait ce genre de phrase-qui-fait-plus-de-bien-à-la-personne-qui-la-dit-qu’à-celle-qui-la-reçoit.

Non, je ne vais pas te faire chier, la vie s’en charge bien assez comme ça. 

LBF. 

PS: Ton Johnny arrêtera de te faire mal quand TU le décideras…

LBF Johnny Cash

Fin de la séance 44

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s