Le meilleur du moins pire.

« Tu mérites tellement mieux que ça! »

Dans sa vie sentimentale, la bonne fille s’est retrouvée un peu dans toutes les situations : l’amoureuse, la rebond, l’amante, la maîtresse, la cocue, l’infidèle et même l’amie avec bénéfice. 

Certes, il y a eu des situations dans lesquelles elle a été plus confortable que d’autres : l’amoureuse étant sa place préférée et la cocue, vous l’aurez deviné, glisse au dernier rang. Même si dans les deux cas, y’a peu de place pour le contrôle. 

Le contrôle, c’est important pour elle en amour. On ne parle pas du contrôle sur l’autre bien sûr, mais du sien. La bonne fille se souvient l’avoir perdu la dernière fois, lorsqu’elle a été dans la même relation, l’amoureuse, la cocue et l’infidèle.

Comme une belle suite logique, un chaos plus ou moins organisé. Elle en garde un souvenir mi-amer. Tromper pour jouer la même game que l’autre était immature, mais c’était le seul moyen pour elle de garder un (certain) contrôle ou du moins d’en avoir l’illusion. 

LBF bouton contrôleMais qu’ont en commun la plupart des postes qu’a occupés la bonne fille dans sa carrière de femme? Elle est  souvent tombée sur des jobs de pigiste et devait partager la troisième voire quatrième marche du podium dans les priorités de monsieur.  Enfin, si on qualifie la drogue, la porno ou l’alcool, comme étant des «priorités» louables.

Par conséquent, elle a appris à vivre dans la précarité des sentiments, en gardant toujours en tête qu’elle devait se trouver d’autres «contrats» pour survivre. 

Sans savoir pourquoi, LBF s’est retrouvée souvent à devoir jouer du coude pour se tailler une (petite) place dans l’horaire de monsieur et s’ajuster continuellement aux changements de dernières minutes.  En fait, OUI elle sait pourquoi : parce qu’elle acceptait tout simplement la situation!

Elle sait que pour la majorité des femmes, un homme c’est comme une brosse à dents : ça ne se partage pas! Pourtant, dans une autre vie, la bonne fille a eu à cohabiter, à quelques occasions, les pensées intimes et surtout le coeur de ce dernier. Mais vous aurez compris que la jalousie et la possessivité n’ont jamais fait partis de son vocabulaire.

LBF Gerry lewis et femmes

Soyons honnêtes, la bonne fille savait quelque fois d’emblée et ce poste temps partiel l’arrangeait. Par contre, au fil du temps et en se retrouvant souvent dans le même pattern, elle a fini par croire qu’elle ne valait probablement pas la peine pour espérer davantage…

Faute de mieux, elle devrait apprendre à se contenter du meilleur du *moins pire. Et c’est là, que l’amitié enfourche son cheval de la sagesse et arrive au galop en lui rappelant : 

T’es belle, drôle et brillante, il y a ben un gars qui va finir par s’en rendre compte et ne pas te tenir pour acquise! 

Oui la bonne fille sait tout ça, elle connaît ses qualités et aussi ses faiblesses. Elle ne veut pas qu’on la perçoit comme une victime des hommes, mais plutôt comme une victime du karma?

Tu ne devrais pas endurer ça! Mets un terme à cette relation! T’as pas besoin de lui dans ta vie!

Il est vrai que certains se sont comportés en connards et lui ont manqué de respect, mais elle ne voit pas ça comme si on avait profité d’elle ou de sa bonté. La bonne fille était bien consciente et consentante dans la majorité des cas. Ce qui ne l’a pas empêché de finir par en souffrir. Car oui, il est vrai qu’elle n’avait pas besoin de ces hommes dans sa vie, mais le plus triste, c’est de constater qu’eux n’avaient pas besoin d’elle non plus.

Fais confiance à la vie, il y a quelqu’un de mieux qui s’en vient! 

Mais que faire lorsque le mieux n’arrive jamais? Que tu l’attends le sourire au bord des lèvres et l’espoir au bord du coeur, mais que tu te couches (encore) seule? Que tu espères au lendemain, mais que tous les jours ressemblent à hier?

LBF attachée

Alors, LBF ne s’accrochait pas trop (le fameux contrôle). Les relations sans attache étaient la solution (temporaire) parfaite. Ce qui explique pourquoi elle s’est ramassée amie avec bénéfice, amante ou maîtresse. Évidemment, elle ne s’en vente pas, mais ne va pas mourir dans la honte non plus car la (pas si) bonne fille assume ses choix. 

Des fois, faut prendre la clef de notre ceinture de chasteté et cadenasser notre coeur à la place! Parce que lorsqu’on a le coeur cassé, le sexe est une excellente béquille pour nous aider à continuer d’avancer. Mais un support, ça ne répare rien. LBF doit apprendre à vivre avec son handicap. 

Oui, elle rêve de romance, de stabilité et surtout d’exclusivité. Elle aimerait tant avoir de l’importance pour un homme qui accepterait de réorganiser son agenda pour elle et le ferait tout naturellement, parce qu’il aurait compris qu’ELLE en vaut la peine. 

Un homme qui prendrait cette fichue béquille et la jetterait au bout de ses bras en lui affirmant :« avec moi, t’auras plus besoin de ça ».

Et ça, ça serait le meilleur du meilleur.

LBF Pixabay cadenas

LBF

*Je sais que l’expression «moins pire» est un québécisme, mais j’aime les contradictions!

Fin de la séance 21

Advertisements

3 réflexions sur “Le meilleur du moins pire.

    • Oui bien entendu, je parle naturellement en utilisant le féminin car toujours ajouter Le ou La alourdirait mon texte, mais en général je suis consciente que plusieurs de nos réalités sont vécues par les deux sexes! Des «bons gars», il y a en autant que des bonnes filles, je devrais peut-être tout simplement changer pour «les bons humains» 😉

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s