Le couple virtuel

« Vous avez ajouté un événement marquant, vous êtes désormais EN COUPLE »

C’est ce que mon profil Facebook annonçait, il y a un peu moins de six mois et pour cause: j’avais décidé que cette année j’allais être en couple à la St-Valentin. Oui madame oui.

Étant trop paresseuse pour sortir l’artillerie lourde et me trouver un « chum de courtoisie » le temps d’une journée, je m’étais dit : à quoi bon? Alors que, comme pour le sexe, j’avais la solution au bout des doigts! En un simple clic, moi aussi, je pouvais faire partie de la gang! C’est à se demander pourquoi n’y avais-je pas pensé avant?

Parce qu’être célibataire le 14 février, c’est un peu comme être sur le chômage à la fête du travail, être diabétique à Pâques ou complètement fauchée à la Fête de Dollard. Forcément, je savais que je devrais assumer les conséquences de cette décision, mais qu’elles seraient sans doute moins impliquantes qu’être mère à la fête des mères…

Je relisais les mots « désormais en couple » et j’entendais au loin les applaudissements, le son des flûtes et des crécelles pendant qu’on sablait* le champagne. Je m’attendais même à recevoir un petit appel de Facebook, elle-même, pour me féliciter et me dire « bon c’était à peu près temps la grande! »

*J’ai une meilleure expertise pour le sabler que le sabrer!

Ce qui est fantastique avec le concept du couple facebookien, c’est qu’il n’exige pas d’être deux, normalement le minimum requis. Pas besoin du consentement de l’heureuse victime non plus. Autrement dit, je pouvais être en couple avec David Hasselhoff ou Daffy Duck que Facebook s’en contrefichait joyeusement !

Puis, je n’étais pas EN couple, j’étais UN couple, nuance. 

LBF David HasselhoffLe 14/02/2014 devenait pour moi un événement aussi marquant que le 6/06/1944, le 21/07/1969 ou le 11/09/2004 ( le fameux troisième anniversaire du 11 septembre ). 

Alors que je m’attendais à une pluie de like, un ouragan de félicitations ou un Tsunami de « tu le mérites tellement », à ma grande surprise, j’ai eu droit à « Est-ce que c’est une blague? T’es en manque d’attention ou quoi? »

J’ai du me rendre compte que j’en avais déstabilisé plus d’un avec mon statut et que certains remettaient même en cause mon équilibre mental:

-C’est quoi l’affaire? Tu t’es inventé un chum? de me demander, inquiet, un de mes amis,

Ce que j’avais envie de répondre: Oui, bien sûr! J’ai mis une cravate à mon manche à balai et je l’ai appelé Wilson!

Mon entourage ne semblait pas comprendre toute la joie que me procurait cette nouvelle relation virtuelle. Désormais, en dessous de ma ville d’origine, on pouvait y apercevoir un cœur! D’accord, il n’était pas rouge, mais que cela ne tienne, il y avait un fucking cœur! J’existais! J’avais maintenant ma carte de membre du club des gens heureux!

LBF facebookÀ peine étais-je entrée dans la matrice du non-toute-seule que je me romantisais, je me quétainisais, je m’édithpiafisais. Bref, je voyais la vie en rose! Je commençais même à juger les célibataires…

Mais dernièrement, une amie m’a fait remarquer un léger détail:

-Ouin mais si un gars s’intéresse à toi et regarde ton profil, ça ne va pas te nuire?

Tout d’abord, je l’informe que Facebook est TOUT sauf un site de rencontre ( rassurez-moi? ). Deuxièmement, je lui rappelle le nombre d’années que ma situation est à Célibataire et ça n’a pas incité d’avantage les gens à se manifester le monsieur.

Cependant, comme une trace de rouge à lèvre sur une fermeture éclair, mon amie a laissé planer un doute. Et c’est là que j’ai compris le piège dans lequel j’étais naïvement tombée : 

Et si je choisissais, pour éviter toute confusion mettons, NE PLUS être en couple?

En fait, je pouvais rompre avec Wilson quand bon me semblait et c’était bien là l’avantage d’une relation virtuelle: Aucune crise de larme, pas de « c’est qui l’autre gars? » et une avalanches de « je vais changer, laisse-moi une autre chance ». Par contre, quelle honte de devoir passer de « en couple à célibataire »… eurk!

Le malaise que ça susciterait chez mes amis! Parce que c’est bien connu qu’une fille qui retourne jouer dans la ligue des célibataires s’attire plus de capital de sympathie qu’un chaton cancéreux, et ce, même si celle-ci à mis fin à la relation. 

Naturellement, je pourrais temporairement mettre « c’est compliqué » mais ça, c’est encore plus débandant pour un gars qu’une fille qui revient de vacances à Pinel!

Puis, en réalité, une relation est automatiquement compliquée quand elle implique qu’un des deux conjoints n’existe pas. 

Bien entendu, si j’étais une belle grande Suédoise, les gars passeraient sûrement par dessus ce genre de bagatelle, mais bon puisque ce n’est pas le cas ici.

Attendez… que suis-je bête! J’ai juste à remplacer ma ville d’origine, je suis à un clic d’être née à Stockholm!

Vive Facebook! Vive le pouvoir de se créer une fausse nouvelle vie! 

LBF alias Olga. 

LBF - Wilson

Fin de la séance 5

Advertisements

Une réflexion sur “Le couple virtuel

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s